Bien manœuvrer pour faire adopter votre façon de penser par Dale Carnagie (résumé partie 3 de Comment se faire des amis)

Partie 3 — comment manœuvrer pour que les autres personnes adoptent votre façon de penser

Il est impossible de rencontrer une victoire pendant une discussion. Il n’existe qu’un moyen de sortir victorieux d’une discussion c’est de l’éviter. 9 fois sur 10 une discussion se termine alors que les deux parties sont plus convaincues que jamais d’avoir totalement raison. En triomphant d’une autre personne, elle se sent inférieure, son orgueil est blessé et elle n’accepte pas le triomphe. « Un homme que l’on a convaincu contre son propre gré ne changera pas d’opinion ». Même en ayant parfaitement raison, faire changer d’opinion un interlocuteur est aussi difficile que si vous aviez tort.

  • Accueillez le mal entendu,
  • Méfiez-vous de votre première impression, contrôlez votre réaction première
  • Contrôlez-vous — il est possible de mesurer la grandeur d’une personne en voyant ce qui la met en colère
  • Commencez par écouter
  • Laissez-les finir
  • Ne faites pas preuve de résistance, ne vous défendez pas.
  • Ne provoquez pas de débat.
  • Essayez de créer des matières à entente, n’érigez pas de barrière de mésentente encore plus élevée.
  • Rechercher les terrains d’entente

Lorsque vous avez fini d’écouter ce que votre opposant veut dire :

  • Accorder la priorité aux points et aux secteurs sur lesquels il est possible de s’entendre.
  • Soyez honnête
  • Recherchez les points sur lesquels il est possible d’admettre que vous avez commis des erreurs et faites les connaitre.
  • Pensez et étudiez avec attention les idées de vos contradicteurs. Ai-je vraiment raison ?
  • Remerciez vos contradicteurs de l’intérêt qui est porté au sujet. Le contradicteur et vous avez le même intérêt pour les mêmes choses.
  • Considérez-les comme étant des gens qui désirent vraiment vous aider
  • Retardez toutes actions pour permettre aux deux parties de réfléchir au problème
  • Suggérer une autre rencontre dans la journée ou le jour suivant lorsque les faits seront bien connus. En préparation, se poser ces questions.
    • Mon opposant peut-il avoir raison ? En partie ?
    • Sa position et son argumentation sont-elles valables ?
    • Ma réaction pourrait-elle supprimer le problème ou la frustration ?
    • Ma réaction va-t-elle rapprocher ou éloigner de moi mon contradicteur ?
    • Ma réaction fait-elle augmenter l’estime que les gens ont de moi ?
    • Vais-je gagner ou perdre ? À quel prix ?
    • La situation va-t-elle devenir explosive si je ne dis rien ?
    • Cette situation peut-elle devenir une occasion pour moi ?

Principe n° 1 – La seule façon de remporter une victoire lors d’une discussion est tout simplement d’éviter cette dernière.

Un bon moyen pour se faire des ennemis à coup sûr et comment éviter que cela n’arrive.

Il est possible d’identifier qu’une personne à tort par ses paroles, mais aussi par son regard, un geste ou l’intonation de sa voix. Lorsqu’une personne à tort, celle-ci n’admet pas qu’elle est d’accord avec vous. Son intelligence, son orgueil et son amour propre ont été atteints, cela provoque un désir de vengeance, elle ne changera jamais d’avis. Il est très difficile de faire changer les gens d’opinion même pour des choses sans importance. Pour prouver quelque chose, ne pas le faire savoir est une manière de rendre la chose aussi subtile que personne ne s’apercevra de votre démarche.

Lorsqu’un interlocuteur émet une opinion que vous pensez être fausse, commencer par admettre que l’on pense d’une autre manière, mais qu’il est possible que l’on commette une erreur et que cela nous arrive souvent. Cela va montrer une « largesse » d’esprit qui pourra être reproduite par votre interlocuteur. Faites preuve de diplomatie.

Principe n° 2 — respecter les opinions d’autrui. Ne dites jamais « vous êtes dans l’erreur ».

Si vous avez tort, admettez-le

Essayer de conquérir les personnes avec gentillesse et avec tact.

Sachant que l’on va être réprimandé il est plus facile de faire son autocritique que d’entendre sa condamnation. Sachant ce que l’autre personne pense de vous, de ce qu’elle a l’intention de vous annoncer, il est préférable d’admettre ces erreurs avant qu’elle n’est eu le temps de vous les rappeler. Lorsque nous avons tort, admettons nos erreurs rapidement et de bon cœur.

Garder en tête le proverbe : « vous n’obtiendrez jamais de bon résultat en luttant, toutefois en cédant, vous obtiendrez beaucoup plus que vous ne l’aviez espéré ».

Principe n° 3 — si vous avez tort admettez-le rapidement et clairement.

Un peu de douceur

La colère fait du bien à la personne, car elle permet de se décharger, mais cela n’est pas partagé par votre interlocuteur.

Principe n° 4 — commencez par la gentillesse.

Le secret de Socrate

Commencez par discuter de chose dont on est d’accord. Un « Non » constitue un handicap. Lorsqu’une personne dit « Non », elle dit bien plus qu’un « Non », son système tout entier se met dans une position de non-acceptabilité.

Au contraire, provoquer des « Oui » chez un interlocuteur vous permet de le mettre dans une attitude consentante et réceptrice. Plus vous parvenez à obtenir des « Oui » plus vous aurez de chance de mettre votre interlocuteur dans une position favorable à notre proposition.

Principe n° 5 — faite en sorte que votre interlocuteur acquiesce immédiatement

Une soupape de sécurité en cas de plainte

Donner aux autres la chance de s’exprimer. Ne pas interrompre les autres lorsqu’ils parlent. Cela peut s’avérer dangereux, ils ne feront absolument pas attention à ce que vous dites, car ils ont encore de nombreuses choses à vous exprimer.

Principe n° 6 — permettez à l’autre personne de s’exprimer à loisir

Comment obtenir de la coopération

Nous avons davantage confiance dans les idées que nous découvrons nous même que dans celles qui nous sont servies. Essayer de modifier l’opinion des autres relève du manque de jugement. Il est plus sage de faire des suggestions et de laisser l’autre faire ces propres conclusions.

Personne n’aime sentir qu’on lui a vendu une idée ou qu’il a reçu l’ordre de faire quelque chose. Nous aimons que nos désirs, nos espoirs et nos idées soient pris en considération.

Principe n° 7laissez l’autre penser qu’il s’agit de son idée

Une formule qui fera merveille

Garder en tête que les autres puissent avoir totalement tort, mais il ne pense qu’il en soit ainsi. Ne le condamnez pas, essayez de les comprendre. Seules les personnes tolérantes sages et pleines de sagesse peuvent faire cela. Comprendre son point de vue permet d’obtenir la clef de sa manière de fonctionner, et peut être même de sa personnalité. En acceptant la cause, il vous sera plus facile d’en accepter les effets. Cela permet d’augmenter les compétences en matière de relations humaines.

Il est impératif de prendre en considération le point de vue des autres et de voir les choses dans leur optique aussi bien que la vôtre.

Principe n° 8 — essayer honnêtement de voir les choses en prenant en considération le point de vue des autres

Un désir universel

« Je ne vous en veux absolument pas de ressentir que vous ressentez, j’éprouverais probablement les mêmes sentiments si je me trouvais à votre place »

Une formule telle que celle-ci a le don d’adoucir votre interlocuteur. Cette phrase vous permet d’éviter la querelle et est source de bonne volonté. Cette phrase invite votre interlocuteur à vous écouter attentivement.

Les gens ont faim et soif de compassion. En donnant de la compassion aux gens, ils vous aimeront.

Principe n° 9 — montrez-vous sympathique aux idées et aux désirs d’autrui

Une idée que tout le monde aime

Toutes les personnes que l’on rencontre ont une haute opinion d’eux même. Il existe deux raisons pour lesquelles une personne souhaite accomplir une action, une raison qui la fait paraître sous un éclairage favorable et la raison véritable. Nous pensons tous à la première raison, cependant comme nous sommes tous de profonds idéalistes, nous aimons invoquer les intentions ayant des apparences louables. Pour changer les personnes, il faut faire appel aux intentions les plus nobles.

Principe n° 10 — faites appel aux motifs les plus nobles

Le cinéma le fait la télévision aussi. Pourquoi ne le feriez-vous pas ?

Vous devez employer l’art de la mise en scène afin d’attirer l’attention. Vous pouvez rentre spectaculaire toutes vos idées.

Principe n° 11 organisez une mise en scène pour exprimer vos idées

Lorsque rien d’autre ne fonctionne plus, essayez ceci

Stimuler la compétition permet de faire fonctionner. Lorsque le travail est stimulant et intéressant, l’employé est le travail lui-même. Lorsque le travail est intéressant et stimulant, l’employé trouve sa motivation dans l’accomplissement de sa tâche.

Chaque personne qui réussit aime le jeu ou la possibilité de s’exprimer, de pouvoir montrer ce qu’elle vaut, qu’elle peut exceller et gagner.

Principe n° 12 — n’hésitez pas à lancer un défi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *