La finance par Josh Kaufman (résumé chapitre 5 du Personal MBA)

Chapitre 5 — La finance

La finance est l’art et la science de comprendre les entrées et sorties d’argent d’une entreprise de décider de son affectation et de déterminer si les résultats escomptés sont obtenus.

Toute entreprise doit transformer la valeur qu’elle crée en argent pour payer ces charges.

Le profit

L’important est l’argent conservé. Le profit permet aux entreprises de continuer de tourner. Il sert de garantie contre les événements inattendus.

La marge bénéficiaire

La marge est la différence entre ce que l’on gagne et ce que l’on dépense pour le gagner. C’est un pourcentage. Si je dépense un euro pour en gagner deux la marge est de 50 %. Ne pas confondre avec le coefficient multiplicateur dans le cas précédent le coefficient multiplicateur est de 100 %.

Capter la valeur

Il est nécessaire de capter de la valeur que vous créez. Il existe deux psychologies derrière le fait de capter la valeur :

  1. La maximisation — capturer un maximum de valeur donnée aux clients
  2. La minimalisation — capturer le minimum de valeur nécessaire au bon fonctionnement de l’entreprise. Cette approche est à privilégier dans le long terme.

Le point de suffisance

Faire du business n’est pas de maximiser les profits. L’entreprise n’a pas besoin de gagner des milliards. Le point de suffisance est le point au-delà duquel il est considéré que l’entreprise doit continuer de vivre. Se fixer un objectif de revenu mensuel permet de se fixer le point de suffisance.

La valorisation

La valorisation est l’estimation de la valeur d’une entreprise. Cela est important pour faire appel à des investisseurs. La valeur perçue s’applique ici. La valorisation est importante lors de la revente d’une entreprise.

Les flux de trésorerie

La situation d’une entreprise est avant tout donnée par ces flux de trésorerie. Le tableau de flux de trésorerie sur une période longue permet de voir l’évolution des performances dans le temps. L’argent d’une entreprise alimente trois domaines l’exploitation, l’investissement et le financement. Le flux de trésorerie est utilisé pour la valorisation, il est pur.

Le compte de résultat

L’argent qui rentre est important, mais le profit est plus important. La comptabilité d’engagement, c’est le principe de rattachement. Cela permet de donner le bénéfice d’une entreprise sur une période donnée. Ces comptes de résultat inclus des estimations (amortissements…), le compte de résultat prend en compte ces estimations.

Le bilan

Un bilan est la photo de l’entreprise à un instant donné. Il comprend les actifs (immobilisations, stocks, créances) et les dettes. En examinant le bilan, il est possible de voir si l’entreprise est solvable (actif > passif), si elle parvient à régler ces factures ou si sa valeur a évolué au cours du temps. Il repose sur des hypothèses (valeur de marque…).

Les ratios financiers

Les ratios financiers sont la comparaison d’éléments importants de votre bilan. Les ratios importants sont les ratios de rentabilités, ratios d’endettement, ratios de liquidité (proche de la faillite), ratios de gestion (nombre de jours de stock…).

L’analyse coût/avantage

Le but est de prendre de bonnes décisions. La finance envisage de faire une action ou pas. Le coût d’un changement en vaut-il la peine ? Une analyse coûts/avantages permet de répondre à cette question.

4 méthodes pour augmenter son Chiffre d’Affaires

Il existe 4 méthodes pour augmenter son Chiffre d’Affaires.

  1. Augmenter le nombre de clients
  2. Augmenter le panier moyen de chaque achat
  3. Augmenter la fréquence d’achat
  4. Augmenter les prix

Tous les clients ne sont pas de bons clients. Il est nécessaire de passer du temps sur des clients idéaux.

Le pouvoir sur les prix

C’est la capacité d’augmenter les prix dans le temps. Il est lié au concept d’élasticité des prix.

La valeur du cycle de vie

C’est la valeur totale que représente un client pour toute la durée d’une relation. Les abonnements ont une valeur du cycle de vie très élevée.

Le coût d’acquisition client

Attirer l’attention d’un client coûte du temps et de l’argent. Cela est à mettre en lien avec la valeur du cycle de vie. Une grande valeur de cycle de vie permet de se permettre de perdre de l’argent sur la première vente.

Les frais généraux

Les frais généraux sont les ressources minimales nécessaires au bon fonctionnement de l’entreprise. Plus ils sont bas plus l’entreprise à une flexibilité.

Les coûts fixes et les coûts variables

Les baisses de coûts fixes s’accumulent, les baisses de coûts variables sont amplifiées par les volumes.

La dégradation progressive

Économiser de l’argent n’est pas un bon calcul au prix de la dégradation de la qualité du produit. Il est nécessaire de ne pas trop diminuer la valeur fournie aux clients.

Le seuil de rentabilité

C’est le moment où la somme des revenus à ce jour est égale aux dépenses à ce jour. Il change constamment, il est suivi avec la comptabilité.

L’amortissement

C’est le processus qui consiste à étaler la dépense initiale d’investissement sur la durée de vie probable de l’investissement. Évaluer la production d’un investissement permet de voir s’il est intéressant de faire cet investissement.

Le pouvoir d’achat

Il constitue l’ensemble des liquidités disponibles pour une entreprise. Cela doit être surveillé. Il fait la différence entre une entreprise qui perdure et une entreprise qui ferme.

Le cycle de la trésorerie

Il décrit les flux de liquidité qui circulent au sein d’une entreprise. Les dettes et les créances génèrent des flux à l’avenir. Gérer ce cycle est essentiel pour une bonne santé de l’entreprise.

Le coût d’opportunité

C’est la valeur à laquelle on renonce en refusant de faire quelque chose. La valeur qui aurait été créée par la seconde meilleure solution est le coût d’opportunité. Il est caché.

La valeur temporelle de l’argent

Un euro aujourd’hui vaut plus qu’un euro demain. Il est nécessaire de calculer la valeur temporelle de l’argent pour évaluer le coût d’opportunité. Cela peut aider pour évaluer la valeur d’une entreprise qui rapportera des bénéfices futurs (valeur actualisée).

Les intérêts composés

C’est l’accumulation des grains au cours du temps. C’est une boucle de rétroaction positive. C’est un concept qui permet d’engendrer des gains importants dans un laps de temps court. Si l’on réinvestit les bénéfices, cela permet d’accroitre les gains de manière exponentielle. Seule conséquence : avoir la patience d’attendre

L’effet de levier

Utiliser l’argent des autres est un bon moyen de s’enrichir. Il est nécessaire d’être conscient des risques. C’est un effet qui permet d’utiliser l’argent des autres pour s’enrichir personnellement.

L’effet de levier amplifie les pertes. Un investissement rentable sera plus rentable, un investissement moins rentable le sera encore moins.  Cet outil est destructeur.

La hiérarchie des financements

Un financement peut aider à entreprendre et à faire des choses que l’on ne peut pas se permettre seul. Le financement est l’équivalent de carburant pour les fusées, en revanche si l’entreprise souffre elle va exploser. En échange des ressources, les emprunteurs demandent d’avoir un certain contrôle sur le fonctionnement de l’entreprise. La hiérarchie de financement est une échelle de contrôle de l’entreprise.

  1. Son propre argent
  2. Carte de crédit — le besoin doit être modeste
  3. Les prêts personnels — Sur ce type de prêt, le risque est réel et peut avoir un effet dévastateur.
  4. Les prêts non garantis — Ces prêts sont octroyés par les banques.
  5. Les prêts garantis (immobilier, automobile) — ce sont des prêts de sommes importantes
  6. Les obligations — les autres entreprises prêtent de l’argent. Elles conviennent d’un accord sur le taux et la date de remboursement.
  7. L’affacturage — type de prêt garanti permettant de se faire payer les créances en avance par un établissement bancaire. Cessions importantes des créances
  8. Business Angel – c’est un particulier qui finance entre 10 k€ et 1 M€. Le particulier devient propriétaire de l’entreprise à hauteur de sa participation.
  9. Investisseurs en capital-risque — Ils investissent des centaines de milliers d’euros. Ces capital-risqueurs exigent un contrôle et dilue les actionnaires d’origine.
  10. Une offre publique d’action — C’est la vente d’une partie du capital à des investisseurs sur le marché. Une introduction en bourse est la première offre publique de vente. L’investisseur qui a le plus d’action contrôle l’entreprise.

Plus il est nécessaire de céder du contrôle, moins le financement est intéressant. Il est nécessaire de mesurer le pouvoir que l’on cède.

L’autoamorçage.

Cela signifie gérer ou créer une entreprise sans voir besoin de financement externe. Cela permet de garder le contrôle total des actions. Cela peut prendre du temps. Le financement externe pourrait aider à acheter des multiplicateurs de forces.

Le retour sur investissement

Il est utile de savoir combien l’investissement va nous rapporter avant d’investir. Cela n’est pas forcément monétaire. Son utilité peut être évaluée avec différentes unités notamment le temps. Attention, toutes ces évaluations sont faites avec des hypothèses.

Les coûts irrécupérables

Les coûts irrécupérables sont des investissements en temps, énergie et argent qui sont déjà perdus. C’est difficile à mettre en pratique, il est difficile de faire marche arrière. Faire des erreurs est inévitable. Si l’investissement supplémentaire n’en vaut pas la peine, il est nécessaire d’abandonner.

Le contrôle interne

Le contrôle interne est un ensemble de procédures standard pour récupérer des informations précises et assurer le bon fonctionnement de l’entreprise. Plus le contrôle interne est efficace, plus les rapports financiers sont fiables. Le contrôle interne joue un rôle important dans différents domaines :

  1. La budgétisation
  2. La supervision — pour les entreprises avec beaucoup de salariés. Le contrôle des normes.
  3. Le respect des lois – Le contrôle interne vérifie l’exhaustivité et l’exactitude des données.
  4. La prévention des vols et des fraudes – La qualité du contrôle interne identifie le ou les responsables de fraude.

Il est nécessaire d’avoir de tierces personnes qui mesurent le contrôle interne. Un audit évalue le contrôle interne.

Les associations de professionnels publient des chiffres relatifs à différents secteurs. Cela permet de se comparer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *