Soyez proactifs

Résumé de l’habitude 1 du livre les 7 habitudes de ceux qui réussissent tout ce qu’ils entreprennent par Stephen R. Covey

La conscience de soi est caractéristique à l’Homme. Elle nous permet de réfléchir à nos habitudes et de réfléchir à comment nous nous voyons. Si nous ne prenons pas en compte comment les autres nous perçoivent ? nous ne parvenons pas à nous mettre à leur place. La conscience de soi permet d’étudier nos propres paradigmes.

Le miroir social

Il n’est pas possible de se percevoir par le miroir social. Les réflexions d’autrui sont davantage des projections que des réflexions. Ce sont des projections des faiblesses de ceux qui les formulent. Reconnaitre le pouvoir du conditionnement chez soi et chez autrui permet d’établir de nouvelles cartes tout à fait différentes.

Il existe trois cartes sociales :

  • Le déterminisme génétique — selon lequel notre ascendance décrit ce que l’on est aujourd’hui
  • Le déterminisme psychique — ce sont les parents qui dictent ce que nous sommes. Notre éducation, notre vécu d’enfant ont fondé nos tendances personnelles.
  • Le déterminisme social — c’est notre entourage qui dicte ce que nous sommes. Quelque chose ou quelqu’un dans la société est responsable de notre situation (hiérarchique, conjoint, enfant…).

Chaque carte correspond à la théorie du réflexe conditionné. Nous sommes conditionnés à répondre d’une manière à certains stimuli.

Ces cartes sont-elles vraiment le reflet de la personnalité de la personne ?

Entre stimulus et réponse

La conscience de soi permet de choisir entre le stimulus et la réponse. L’Homme possède l’imagination, ou la capacité de créer. Nous possédons une conscience, une volonté indépendante de toute influence. Entre le stimulus et la réponse se trouve la plus grande force de l’être humain, la liberté de choix. Les capacités de l’Homme sont illimitées.

La proactivité

La définition de la proactivité n’est pas dans les dictionnaires. En tant qu’être humain nous sommes responsables de notre propre vie. Notre vie est le fruit de déterminisme seulement si nous acceptons de nous faire diriger par ces déterminismes, que ce soit par défaut ou par une décision consciente. Nous ne faisons que réagir en acceptant ces déterminismes. À la différence des personnes réactive, les personnes proactives portent en elle leur propre temps. Elles ont leurs propres valeurs, elles ne dépendent pas de l’environnement social.

La faculté a inculqué une valeur est l’essentiel de l’individu proactif. Les choix de réponse aux stimuli sont orientés par les valeurs qui lui sont inculquées.

Ce n’est pas ce qui nous arrive, mais la façon dont nous y répondons qui nous fait mal. Notre caractère n’est pas meurtri par les stimuli qui nous arrivent.

D’après Victor FRANCKL il existe trois valeurs :

  • L’expérience — ce qui nous arrive
  • La création — ce à quoi nous donnons le jour
  • L’attitude — notre réponse à des éléments graves.

Cette dernière valeur serait la plus grande selon la théorie des paradigmes. Ce qui importe est la façon dont nous répondons à ce que nous vivons.

Prendre l’initiative

Notre nature nous pousse à agir. Il est possible de provoquer des évènements. Les personnes qui détiennent les meilleurs emplois sont celles qui ont des solutions aux problèmes et non pas celles qui sont le problème. La proactivité fait partie de la nature humaine.

Agir soi-même ou se laisser guider

Il faut prendre l’initiative pour maintenir l’équilibre P/CP. Si l’on attend que l’on nous guide, nous serons guidés. Les sociétés, les structures de toutes sortes notamment les familles peuvent être proactives, en rassemblant la proactivité et les individus du groupe.

 À l’écoute de nos paroles.

Nos paroles constituent d’excellents indicateurs de notre degré de proactivité. Le langage des réactifs montre qu’ils se dérobent à leur responsabilité. La façon de parler vient du paradigme du déterminisme, et correspond à un transfert de responsabilité. Je ne suis pas libre de choisir mes actions, je ne suis pas en mesure de choisir mes actions. Lorsqu’il annonce, une prophétie est réactive à toutes les chances de la voir réaliser. Il aura un discours qui approuve sa prophétie. Il se sent victime. Le réactif se décharge de la responsabilité de son destin. Un proactif dira : « je choisis » plutôt que « je dois ».

Prendre conscience de son degré de proactivité peut-être fait en notant ce à quoi nous passons notre temps et nos efforts. Nous avons tous des préoccupations. Nous n’avons pas une influence sur toutes ses préoccupations.

Cercle de préoccupations, cercle d’influence.

En choisissant celui des deux cercles sur lequel nous passons le plus de temps, nous évaluons notre proactivité.

Le cercle d’influence est le cercle dans lequel les proactifs agissent. Les proactifs établissent des actions qui élargissent leur cercle d’influence. Leur énergie est positive.

Les réactifs agissent sur le cercle de préoccupations. Ils se focalisent sur la faiblesse d’autres personnes et sur les circonstances qui échappent à leur contrôle. Leur cercle d’influence se restreint. L’énergie négative diminue le cercle d’influence.

Tant que nous travaillons à notre cercle de préoccupation, nous acceptons que les éléments extérieurs nous commandent. Nous ne prenons pas les initiatives proactives nécessaires pour amener un changement positif.

Contrôle direct, indirect, impossible

Les problèmes que nous rencontrons relèvent de l’une des trois catégories suivantes :

  1. Directement contrôlable — problème lié à notre comportement
  2. Indirectement contrôlable — problème mettant en jeu le comportement d’autres personnes
  3. Incontrôlable — problème pour lequel nous ne pouvons strictement rien

Une approche proactive permet d’avoir une approche pour chacun de ces types de problèmes.

  1. Directement contrôlable : ils peuvent se résoudre en travaillant à ces habitudes. Ils sont dans notre cercle d’influence.
  2. Indirectement contrôlable : Ils peuvent être résolus en travaillant sur les méthodes d’influence, notamment sur les habitudes 4, 5 et 6.
  3. Incontrôlable : Il n’y a pas d’alternative. Il faut apprendre à vivre avec.

Quel que soit le problème, le début de solution est dans le changement d’habitude, le changement des méthodes de persuasion et manière de voir les choses. Tout cela est à l’intérieur de notre cercle d’influence.

Élargir notre cercle d’influence

En choisissant nos réponses, nous pouvons changer le cours des choses. C’est dans la nature des gens réactifs de fuir leur responsabilité. Il leur est plus facile de dire « je ne suis pas responsable ». La focalisation sur les cercles d’influence permet de l’élargir davantage.

Être ou avoir

Pour déterminer dans quel cercle vous agissez, il est possible de comptabiliser le nombre d’utilisations des verbes « avoir » et « être ». Le cercle de préoccupation utilise davantage le verbe « avoir ». « Si j’avais… ». Le cercle d’influence est rempli de verbe « être ».

La démarche proactive consiste à faire d’abord un changement chez nous avant d’attendre le changement de l’extérieur. Une personne proactive se concentre sur ce qu’il peut contrôler.

Qui sème le vent ?

Avant de porter les efforts sur le cercle d’influence, il est nécessaire d’étudier deux éléments du cercle de préoccupation.

  • Les conséquences de nos choix : Notre comportement est gouverné par des principes. Nous sommes libres de choisir nos actes devant une décision. Nos principes dictent nos décisions, en étant en ligne avec nos principes les conséquences sont positives. À l’inverse lorsque l’on enfreint nos principes les conséquences sont négatives.
  • Les erreurs : Nous avons tous semé des conséquences négatives. Cela constitue des erreurs. Il est important de se rendre compte que les erreurs appartiennent au passé, elles constituent le cercle de préoccupation. L’attitude proactive qui pourrait être tenue face à ces erreurs est de les reconnaitre rapidement. Ne pas reconnaitre ces erreurs équivaut à refaire une erreur. Cette seconde erreur donne plus de puissance à la première erreur.

Prendre et confirmer ces engagements

Notre capacité à prendre des engagements est au cœur de notre cercle d’influence. Notre intégrité face à nos promesses envers nous et envers les autres constitue l’essence de notre proactivité. Grâce à notre don humain la conscience et la conscience de soi, nous prenons en compte certaines de nos faiblesses. À mesure de tenir nos engagements nous, nous bâtissons une force de caractère. Nous trouvons deux moyens de prendre le contrôle de notre vie :

  • Faire une promesse et la tenir
  • Nous fixer un but et travailler pour l’atteindre

Nous construisons notre intégrité, et permettons à notre honneur de surmonter nos humeurs. Nous pouvons travailler sur notre connaissance, notre désir et notre technique pour les rendre au service de nos engagements.

Proactivité : 30 jours à l’essai

C’est au cours des évènements ordinaire de tous les jours que nous travaillons sur notre capacité à réagir sur des évènements exceptionnels de la vie. Essayer pendant 30 jours de travailler uniquement sur le cercle d’influence. La méthode à appliquer :

  • Être une solution, pas un problème
  • Ne pas dévier de ces engagements
  • Être un exemple, pas une critique
  • Être une partie de la solution et non une partie du problème
  • Ne défendez pas vos défauts, n’attaquez pas votre entourage pour ces défauts
  • Reconnaitre ces erreurs, et les corriger
  • Ne pas se laisser entrainer dans les accusations
  • Considérer les faiblesses de l’autre avec compréhension

Le problème ne vient pas l’autre. Nous sommes responsables de notre bonheur et de notre constructivité.

Pour développer notre efficacité, il est essentiel de comprendre que nous sommes responsables ou capables de réponse.

Lors du premier jour

  1. Porter une attention sur la manière de parler. Combien de fois entendez-vous les expressions réactives ? (Il faut que je, si seulement…)
  2. Prendre situation que l’on va vivre dans un proche avenir et dont il est probable que vous ayez une réaction réactive. Essayer de l’imaginer avec une réaction proactive.
  3. Choisir dans sa vie professionnelle ou privée un problème qui irrite. Est-il directement ou indirectement contrôlable ou incontrôlable ? Déterminer le premier pas qu’il est possible de faire à l’intérieur de son cercle d’influence.
  4. Suivre le problème sur 30 jours et étudier le changement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *