Comprendre les systèmes par Josh Kaufman (résumé chapitre 9 du Personal MBA)

Chapitre 9 — comprendre les systèmes

Les entreprises sont complexes dans des systèmes complexes. Quels sont les points communs de tous ces systèmes complexes ?

Loi de Gall

Les systèmes complexes sont compliqués à faire. Ils sont constitués de systèmes simples qui fonctionnent. Le meilleur moyen de faire un système complexe est de faire un système simple puis de le complexifier. Faire un prototype puis le tester.

Le flux

Le système est soumis à des mouvements d’entrées et de sorties. Les ressources sont les entrées. Suivre le flux permet de comprendre le fonctionnement du système. Suivre les flux permet de voir où sont les stocks. Pour accroitre un stock, gérer les flux est la clé.

La marge de manœuvre

Les stocks sont des réservoirs de ressources. Ils ne doivent être ni trop juste ni en excès. Le stock doit permettre de gérer les flux de sorties, ils ont un coût (emplacement, BFR…). Le stock réduit limite la marge de manœuvre. La marge est délicate à gérer.

La contrainte

La performance est limitée par la disponibilité d’une ressource essentielle. Limiter la contrainte permet d’augmenter le flux de sortie.

5 étapes pour s’améliorer

  1. Identification
  2. Exploitation : les ressources ne sont pas gaspillées
  3. Réorganisation : Concevoir autrement le système pour limiter la contrainte
  4. Augmentation : Augmenter la capacité de la contrainte, acheter une machine.
  5. Réévaluation : Après avoir fait un changement. L’inertie est le pire ennemie.

Ces étapes sont similaires à la vitesse d’itération

La boucle de rétroactions

La cause et les faits sont faciles à identifier, quand les effets deviennent des causes, comment faire. Les boucles de rétroaction atténuent les sorties de chaque cycle ce qui permet de limiter les flux. Ces boucles stabilisent le système. Les intérêts composés sont un exemple de boucle rétroactive. Ces boucles sont partout.

L’autocatalyse

Ce concept est issu de la chimie. C’est une boucle qui s’autoalimente seule. Cela ne s’applique pas uniquement à l’argent. La viralité d’une vidéo est de l’autocatalyse.

L’environnement

Les systèmes sont influencés par les autres systèmes. Les conditions environnementales affectent le fonctionnement du système. Il faut tenir compte des conditions de l’environnement.

Le test de sélection

Pour se perpétuer, il faut répondre aux contraintes d’environnement. Les humains sont soumis à cela constamment par exemple l’oxygène. Le test de sélection est une contrainte environnementale qui détermine la survie d’un système. Ils évoluent avec le changement de l’environnement. Trouver les bons tests est clé, pour une entreprise.

L’incertitude

Notre monde est un endroit incertain, nous ne savons pas ce que la vie nous réserve. Un risque consiste en quelque chose que l’on ne connait pas. Une incertitude est quelque chose que l’on ignore que l’on ignore. Les éléments inattendus peuvent arriver à n’importe quel moment. L’évènement change l’environnement et les tests de sélection. Il est nécessaire d’être adaptable plutôt que d’essayer de prévoir l’avenir.

Le changement

Tous les systèmes changent. Ceux qui ne tiennent pas compte du changement deviendront inutiles. Rien ne peut être parfait. La seule chose qui est à notre portée est d’être adaptable.

L’interdépendance

Aucun système n’existe isolément. Les systèmes étroitement liés dépendent du facteur temps. Le chemin critique d’un projet à un effet sur toutes les actions du projet, c’est l’interdépendance. Limiter les dépendances d’un système diminue le degré d’intégration d’un système. Supprimer les dépenses inutiles limite les effondrements en cascade.

Le risque de contrepartie

C’est la possibilité que d’autres personnes ne remplissent pas leurs obligations. Cela augmente les risques d’échecs du système. Le risque de contrepartie est amplifié par l’illusion du planning.

Les effets secondaires

Toute action à des conséquences qui elles-mêmes ont des effets secondaires. Il suffit de modifier un aspect d’un système complexe pour avoir des effets secondaires qui peuvent être significatifs. Il faut être prudent dans les changements.

Les accidents normaux

Les systèmes sont toujours sujets à des accidents. Dans un système étroitement intégré, les accidents sont limités. Le meilleur moyen d’éviter les accidents normaux est d’examiner les problèmes que l’on a évités de peu. Plus un système est complexe et fonctionne depuis longtemps, plus il risque d’avoir un accident grave.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *